Querelle linguistique en Belgique : le conflit des Fourons

Passionnant documentaire que celui passé lundi 21 février sur les ondes de France Culture. Il traite des Fourons, petit territoire belge de six communes à la frontière des Pays Bas, et lieu d’un virulent conflit linguistique depuis 1963. Cette année-là est définie la frontière linguistique entre Wallonie et Flandres. Les quelques dizaines de milliers de Fouronnais cochent majoritairement la case “néerlandais”. La langue utilisée au quotidien est en effet un dialecte de la famille du néerlandais, le limbourgeois. Or, la langue des affaires et du commerce est le français, et les Fouronnais sont donc aussi pour la plupart francophones et irrésistiblement tournés vers l’espace francophone. En se définissant comme parlant néerlandais, ils ne calculent sans doute pas les implications à venir : les Fourons sont rattachés au Limbourg et deviennent ainsi une enclave administrative flamande en Wallonie.

 

La résistance, pacifique, s’organisera rapidement à partir de ce moment-là pour affirmer l’identité wallonne  des Fourons et réclamer un rattachement à la province francophone de Liège. Les manifestations régulières deviendront un lieu de tension et même d’affrontement entre Fouronnais francophones et nationalistes flamands qui descendent régulièrement de Flandres. Cela  n’empêche pas les Flamands de s’installer toujours plus nombreux et d’inverser en leur faveur le rapport de force démographique. Au point d’élire ces dernières années un bourgmestre néerlandophone. Avec le temps, les clivages perdent en intensité, mais la plaie reste béante et le ressentiment important. 

 

Cette histoire assez rocambolesque illustre finalement à merveille l’impasse politique actuelle dans laquelle se situe la Belgique. La cohabitation entre communautés flamande et wallonne se révèle ainsi de plus en plus chimérique, et ceci malgré les quelques manifestations patriotiques belges de ces dernières semaines. Le fait est que le processus actuellement en cours de construction d’un Etat-nation par le nationalisme flamand condamne vraisemblablement à terme le pays du roi Baudouin. La nette droitisation de ce nationalisme flamand, quant à elle, inquiète à plus d’un titre.

 

Le royaume de Belgique s’est constitué au XIXe sur des bases vaseuses. Ce pays est d’emblée marqué par la domination politique, sociale et linguistique de la  bourgeoisie, francophone aux quatre coins du pays depuis la fin du XVIIIe siècle (alors que le peuple parlait divers dialectes néerlandais dans la partie flamande, et des dialectes romans dans la partie wallone). L’histoire de la Belgique jusqu’à nos jours revient dès lors à une domination d’une communauté linguistique sur une autre, et à une progressive inversion du rapport de force en faveur des opprimés d’hier. De ce point de vue, l’éclatement de la Belgique n’est finalement qu’un juste retour de l’Histoire. 

 

Pour conclure, je cite un des témoins du documentaire, militant fouronnais francophone qui défend l’utilisation de la langue française dans son arrondissement, effectivement menacée par le néerlandais. Je la trouve intéressante parce qu’elle associe les idée de démocratie, de respect des droits linguistiques et de transmission :

“La démocratie c’est aussi et surtout le droit de respecter les citoyens, et moi j’ai envie que mes enfants, mes petits enfants, mes arrières petits enfants puissent vivre en français à Fourons. Vous savez, quand on habite Paris, on ne s’imagine pas que dans un petit village on se bat pour pouvoir parler français. Ben ici on se bat effectivement pour parler français.”

 

Il est à noter tout de même que ces militants francophones sont complètement indifférents au sort du “patois” néerlandais originellement parlé dans l’arrondissement. Si les francophones âgés de 50 ans et plus connaissent la langue vernaculaire, elle n’est cependant pas transmise aux plus jeunes qui ne connaissent que la seule langue française (tiens, ça me rappelle quelque chose…). Ironie de l’histoire, ce sont maintenant les jeunes néerlandophones de Fourons qui parlent et font vivre le limbourgeois…

Advertisements

Lezel ur respont

Fill in your details below or click an icon to log in:

Logo WordPress.com

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont WordPress.com Log Out / Kemmañ )

Skeudenn Twitter

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Twitter Log Out / Kemmañ )

Luc'hskeudenn Facebook

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Facebook Log Out / Kemmañ )

Google+ photo

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Google+ Log Out / Kemmañ )

War gevreañ ouzh %s

%d bloggers like this: