Leur patrimoine n’est pas le nôtre

Les éditions An Alarc’h, basées à Lannuon, viennent de publier un ouvrage intitulé Le Vieux-Marché, Ar C’houerc’had, ses noms de lieux et leur histoire, qui étudie le patrimoine de la commune à travers la toponymie en langue bretonne. Le livre est passionnant pour quiconque a un attrait pour ces sujets. La préface, écrite par le maire d’ Ar C’houerc’had, a elle aussi son intérêt, par le décalage qu’elle offre avec le reste du livre. Car ici point de vibrante défense du patrimoine bâtit, naturel ou linguistique, comme on aurait été en droit de l’attendre. Le maire débute certes par un court laïus sans consistance sur les noms de lieux, qualifiés  de “patrimoine important” (ce n’est pourtant pas ce que laisse penser l’état lamentable des panneaux de la commune, et l’écriture fantaisiste de la plupart des toponymes). Puis il poursuit, mais à propos d’un autre patrimoine qu’il faudrait défendre, le patrimoine “républicain” cette fois:

“Nous vivons dans un perpétuel mouvement, les frontières changent, de nouveaux états  naissent.

Chez nous  la réforme territoriale n’aura pas que pour effet de créer de nouveaux territoires. Avec cette réforme c’est la disparition des cantons, puis programmée mais un peu plus tard celle des départements. Des 36682 communes (source INSEE 01/01/2010) combien en restera-t-il ?”

puis, quelques lignes plus tard :

“Je ne doute donc pas un seul instant de l’utilité d’une telle publication. Au moment où les communes sont en danger cet ouvrage sera très prisé […]”

On imagine bien que l’élu ne pense pas un seul instant à la France lorsqu’il parle de frontières changeantes et de nouveaux Etats. Le dogme nationaliste de l’Unité et de l’Indivisibilité de la République interdit d’appliquer à la France ce qui se passe ailleurs dans le monde. En revanche, ce qui le terrorise, c’est la (pseudo) menace qui pèse sur les communes, les cantons et les départements, soit les différents échelons administratifs historiques de la République. Comme tout bon jacobin, il brandit tel un totem le chiffre sacré des 36000 communes de la République. On se souvient que les associations républicaines et laïcardes qui avaient appelé à manifester en 1999 contre la signature de la charte européenne des langues minoritaires et pour la défense de l’Unité et de l’indivisibilité de la République, avaient elles aussi invoqué sur leurs affiches la défense des 36000 communes. Ce patrimoine républicain est donc en danger pour notre élu. Il faudra qu’il nous explique en quoi nous devrions nous alarmer qu’une commune soit rattachée à une autre, ou encore que les cantons et les départements disparaissent. Tout le monde s’en fout, mis à part nos élus évidemment qui tirent concrètement profit de ces échelons. En tout cas, le fait qu’il ait cru bon d’orienter sa préface vers la défense de ce patrimoine républicain, en délaissant le patrimoine bâtit, naturel et linguistique, est très instructif sur l’échelle de valeurs de l’élu républicain. Cela ne fait que confirmer ce que nous constatons tous les jours : l’élu est en général plus préoccupé par les questions de symbolique républicaine et d’identité nationale que de défense concrète de notre patrimoine local.

Il est à gager qu’au moment où les sous-préfectures et, qui sait, les préfectures elles-mêmes seront menacées (période très utopique, j’en conviens), nous verrons nos braves élus se lamenter à propos de la disparition progressive de ces symboles de la démocratie à la française.

Non, définitivement, leur patrimoine n’est pas le nôtre.

Advertisements

3 responses to “Leur patrimoine n’est pas le nôtre

Lezel ur respont

Fill in your details below or click an icon to log in:

Logo WordPress.com

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont WordPress.com Log Out / Kemmañ )

Skeudenn Twitter

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Twitter Log Out / Kemmañ )

Luc'hskeudenn Facebook

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Facebook Log Out / Kemmañ )

Google+ photo

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Google+ Log Out / Kemmañ )

War gevreañ ouzh %s

%d bloggers like this: