La culture “country” en vogue

membres de l’association “Phare West an Trev” à Ploueg-An-Trev

Que se passe-t-il quand une culture populaire décline ? Eh bien une autre culture, véhiculée par les médias de masse celle-là, vient combler l’espace laissé vide. C’est ainsi que l’on voit fleurir un peu partout en Bretagne des associations promouvant la culture “country”. Et comme aux Etats-Unis, cette culture se diffuse majoritairement dans les zones rurales (cf une liste non exhaustive des clubs en Côtes d’Armor : Trévé, Sant Gelven, Rostrenn, Plounevez-Kintin, Coetmieux, Aucaleuc, Pleumeur-Bodou, Goméné, Lanfain, Lannuon, Ploujean, Pont-Melvez, Ploueg-An-Trev, etc.).

Que recouvre cette culture d’origine US ? Regarder le programme du festival country organisé à Ploueg-An-Trev ce samedi permet de se faire une idée. D’ailleurs, l’intitulé assez ridicule présentant la journée est assez explicite : “un rendez-vous western, attention cow-boy, ça va chauffer dans les Tiags”. Concrètement, l’amateur de culture “country” et les curieux qui iront y faire un tour auront droit à un concert de musique country et à des stands divers : “western, amérindien, tir à l’arc, motos et voitures américaines, promenades à dos de poney, démonstration et initiation à la danse country, taureau mécanique, structure gonflable, etc.” En somme, un joyeux mélange de pratiques et de produits plus ou moins culturels made in USA, dont on perçoit très vite la superficialité de l’ensemble. Est-ce étonnant quand ces aficionados sucent leur passion majoritairement par le biais de productions cinématographiques ?

La culture amérindienne semble approchée, mais on se demande bien comment. Ou plutôt, on a une petite idée en voyant l’affiche du festival rendant hommage à John Wayne. Dans la culture “country”, le western est un élément central. Pas le western spaghetti, mais bien le bon vieux western à la mode Hollywood dans lequel le héros yankee dézingue du sauvage par dizaines. Partant de là, on se doute que la place de la culture amérindienne dans la culture country ne peut être qu’anecdotique, car appréhendée par les mêmes clichés que ceux véhiculés par Hollywood. Les amateurs de country s’intéressent-ils réellement à la culture des peuples amérindiens et à l’histoire de leur massacre ? Exceptions mises à part, permettez-moi d’émettre un doute. Car quand on aime cette culture, c’est bien au cow-boy qu’on s’identifie, à cette figure cinématographique US qui traverse les époques, des westerns de John Wayne à la série Dallas (cf le costume de rigueur de l’amateur de culture country : chapeau texan, santiags, etc.).

La diffusion de cette sous-culture américaine en Bretagne est en tous les cas large. Près d’une dizaine d’événements par mois sont qualifiés de “country”, dont des festivals d’importance comme Bain de Bretagne (40 000 visiteurs tous les ans), sans compter les cours de danse hebdomadaires dans de nombreuses communes. A Ploubêr, le maire a récemment donné raison à l’association de danse country locale contre l’association de culture bretonne Min Rann. Cette dernière se voit obligée de délocaliser ses causeries en breton à Plouilio. Le symbole est fort. Le monde occidental s’uniformise par l’entremise des mass médias, on singe bêtement l’american way of life, et on laisse crever l’inestimable trésor que représente notre culture populaire.

Advertisements

2 responses to “La culture “country” en vogue

  • Yann

    Ur wech ouzhpenn eo interesant walc’h nom rentout kont eo memes mod ba Broioù all maez ar Frañs. Ba Bro-Liban chom ket kalz tra deus ar sevenadur oa dionti 50 bloaz zo c’hoazh, dispennet tamm-ha-tamm a-hed ar bloavezhioù. N’eo ket gwall sklaer c’hoazh pezh vo lakaet en he flas, met meus aon vo ket welloc’h vit an traoù country aze. Drol ha trist eo gwelet an dud n’anveont ket mann ebet pe dost diwar-benn o bro. Ha pegen primm o tiskar an tier kozh hag o freuzañ ar menezioù! Enfin.
    Ha dre an tele hag an telefon deu bop seurt traoù deus an amerik, a-wechoù dre an Turki (traoù giz “les feux de l’amour” met marc’hadmatoc’h, graet gant an turked hag istitlet en arabeg).

  • paotrgarz

    Spontus a-walc’h eo ar pezh a welez du-hont. Ne soñje ket din oa arru ken fall se an traoù, evit ar pezh a sell deus sevenadur ar bobl bepred. O koll e spered emañ an nen…
    Lakat an hengoun hag an traoù nevez da juntañ, difenn ha pinvidikaat sevenadur ar bobl, se a glefe bezañ ur youl ‘ba pep bro. ‘Meus aon vo ret dimp derc’hen da dreiñ hon selloù etrezeg Amerika ar Su, ken dipitus eo lec’h all.

Lezel ur respont

Fill in your details below or click an icon to log in:

Logo WordPress.com

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont WordPress.com Log Out / Kemmañ )

Skeudenn Twitter

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Twitter Log Out / Kemmañ )

Luc'hskeudenn Facebook

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Facebook Log Out / Kemmañ )

Google+ photo

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Google+ Log Out / Kemmañ )

War gevreañ ouzh %s

%d bloggers like this: