Les départements, à quoi ça sert ?

 

A l’heure où le gouvernement socialiste s’apprête à réformer l’inimitable organisation administrative française, les départements continuent de briller par leur inutilité, quand bien même leur berger Claudy Lebreton (président de l’Assemblée des départements de france et du CG des Côtes d’Armor) écume les ministères et autres médias parisiens pour  vanter “le rôle économique et social majeur joué par les départements“. On rigole, encore plus après avoir écouté la chronique du “toutologue” Philippe Meyer sur France Culture le vendredi 19 octobre. Celui-ci nous offre encore un poilant exemple de gabegie orchestrée par un département, en l’occurrence l’Aisne. Après s’être penché sur les slogans branché en anglais (“L’Aisne, it ‘s open“, “Aisneglish institute“, “AisneJoy“, “direction the camp’aisne“) et les jeux de mots à deux balles qui figurent sur les affiches du métro parisien (“du talent 100% l’Aisne“, ” J’M l’N “), il termine ainsi sa chronique :

“il faut décerner un prix spécial à la collectivité territoriale capable de financer pour donner de la notoriété à son département, une campagne au terme de laquelle on en a rien appris, même pas où il se trouve”

 

Une petite recherche sur internet, et l’on apprend que le Conseil Général de l’Aisne finance ainsi année après année une campagne de notoriété à destination des Parisiens, et ce depuis 2005. Le coût annuel de cette campagne, qui était de 1 M€, s’est retrouvé réduit à 250 000€ à partir de 2010. Satanée crise ! Ce marketing territorial utilise toutes les formules du genre, misant à la fois “sur un ton décalé pour promouvoir les atouts de son territoire auprès des entreprises et des futurs entrepreneurs” et invoquant “ses valeurs traditionnelles et novatrices ainsi que ses capacités d’accueil, d’écoute, de soutien et d’accompagnement”. Le blabla habituel des agences de communication en somme.

 

Comme le fait Philippe Meyer dans sa chronique, on peut raisonnablement se poser la question du coût des budgets communication des collectivités locales de France au vu de l’exemple ci-dessus. Rien que dans les Côtes d’Armor, on aimerait bien connaître l’argent dépensé dans le bulletin mensuel “Côtes d’Armor magazine”, la télé locale “Armor TV”, ainsi que les campagnes d’affichage régulières sur les initiatives à la con du Conseil Général (qui est, des trois départements bas-breton, celui qui dépense le moins pour la langue bretonne par locuteur). Et que dire des millions d’euros que la région bidon des Pays de la Loire fouette pour tenter de forger de toute pièce une identité de pacotille ? On mesure là l’absurdité du système administratif français, composé de territoires tellement artificiels et dénués d’identité, que les collectivités locales en viennent à dépenser des millions d’euros, pour développer leur notoriété et dans un but de construction identitaire. 

 

 

Advertisements

2 responses to “Les départements, à quoi ça sert ?

  • Pol

    Le pire c’est que le découpage départemental -issu de la Révolution de 1789- en Bretagne a été effectué de façon à réduire les identités, la Cornouaille et le Trégor se trouvent ainsi à cheval sur différents départements.

  • Yann

    J’ai toujours trouvé que malgré tous leurs efforts, la construction identitaire ne marche en Côtes d’Armor. Beaucoup de gens disent directement qu’ils sont des côtes d’Armor quand on leur demande “Où en Bretagne?” mais pour autant dès qu’on creuse un peu ils ne connaissent rien de toute la partie est (Dinan…) et ne se sentent rien de commun avec elle, avec le sud non plus d’ailleurs en général. Donc ça marche pas et c’est très bien.
    Par contre, les inventions plus locales comme le trégor du journal le trégor ou les communautés de communes etc fonctionnent un peu mieux sans qu’on le remarque…

Lezel ur respont

Fill in your details below or click an icon to log in:

Logo WordPress.com

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont WordPress.com Log Out / Kemmañ )

Skeudenn Twitter

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Twitter Log Out / Kemmañ )

Luc'hskeudenn Facebook

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Facebook Log Out / Kemmañ )

Google+ photo

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Google+ Log Out / Kemmañ )

War gevreañ ouzh %s

%d bloggers like this: