Françoise Morvan et la théorie du complot ethniciste

Monde-comme-si-1

Trois commentaires récents sur ce blog m’ont sorti de ma torpeur estivale. Ils brillent pas leur nullité, et reprennent les arguties actuellement brandies par les nationaux-républicains français à propos de la langue bretonne. En quelques mots, la langue bretonne est une création récente, artificielle, qui détruirait en fait les cinq langues bretonnes authentiques. Ce sont les nationalistes de Breiz Atao qui ont eux-mêmes fossoyé la langue à cause de leur compromission pendant la guerre, l’Etat français n’ayant lui rien à voir avec le déclin du breton. Enfin, dernier point, la ratification de la Charte des langues minoritaires relèverait d’un complot ethnique et néo-libéral contre la République. Tout ceci tient dorénavant lieu d’argumentaire à des gens qui n’y connaissent strictement rien (on pense à Mélenchon ou Marine Le Pen pour les plus connus), mais qui sont de farouches opposants à toute avancée en faveur les langues minoritaires.

Françoise Morvan a, dans ces milieux, acquis le statut d’égérie. Mais pas seulement. Chez certains défenseurs du breton et des autres langues régionales, Françoise Morvan reçoit un certain écho. Il est dès lors urgent de tordre le cou à la théorie du Complot ethnique qu’elle promeut, et qui fait ni plus ni moins de chaque défenseur des langues régionales un nazi. Jean-Pierre Cavaillé s’y livre avec brio. La lecture de son article est indispensable.

Advertisements

2 responses to “Françoise Morvan et la théorie du complot ethniciste

  • paotrgarz

    Oui, je l’ai lue.

    En lisant les commentaires, je suis tombé sur cet extrait d’entretien à propos de son livre “Le monde comme ci” :

    “L’imposture, c’est de laisser croire qu’il s’agit de sauver une langue par l’école, alors qu’un pourcentage infime des enfants la parlent, quand le but des politiciens qui appuient les écoles Diwan est de régionaliser l’enseignement pour pouvoir le privatiser aussi largement que possible ; de laisser croire qu’en subventionnant ce qu’on appelle maintenant des « identités » on combat la mondialisation, alors que ces « identités » ne servent qu’à provoquer une fragmentation favorisant une destruction des cultures vivantes en Europe. Ce sont ces cultures qu’il s’agit de défendre — et l’enseignement de l’allemand, de l’italien, du portugais, du russe, et autres langues européennes, enseignement actuellement sinistré, comme l’enseignement du français dans les autres pays d’Europe, minces remparts contre l’américanisation à marche forcée.”

    On peut difficilement mieux mettre en exergue la logique parano de cette dame.

Lezel ur respont

Fill in your details below or click an icon to log in:

Logo WordPress.com

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont WordPress.com Log Out / Kemmañ )

Skeudenn Twitter

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Twitter Log Out / Kemmañ )

Luc'hskeudenn Facebook

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Facebook Log Out / Kemmañ )

Google+ photo

Emaoc'h oc'h ober un evezhiadenn gant ho kont Google+ Log Out / Kemmañ )

War gevreañ ouzh %s

%d bloggers like this: